Rencontre avec Christian Melet- vigneron indépendant, domaine des Bélémnites, Vins du Jura

Friday 4 February

« Aujourd’hui, Je suis heureux d’avoir cette tranquillité d’esprit que m’offre ce métier »

Après une reconversion professionnelle en 2014, Christian quitte l’industrie pharmaceutique pour reprendre une propriété viticole dans le Jura, un terroir qu’il connait bien…

Aujourd’hui, il ne regrette pas ce choix et ne changerait sa vie pour rien au monde. Son domaine s’étend sur 7 hectares, composés des 5 cépages locaux (le Chardonnay, le Savagnin pour vins blancs et le Pinot, le Trousseau et le Poulsard pour vins rouges) qu’il travaille en appliquant une méthode traditionnelle et respectueuse de la nature et des hommes. De son ancienne vie, Christian a gardé la passion de la productivité qu’il essaie de développer chaque jour dans son exploitation.


Comment devient-on vigneron à 40 ans ?

La viticulture et la vinification sont présentes dans la famille depuis des années, le virus nous a contaminés très rapidement et après des années passées en ville, l’appel du terroir était trop fort. J’étais directeur de développement industriel dans l’industrie pharmaceutique et cette vie ne me correspondait plus du tout. Jurassien d’origine, je voulais revenir dans ma région et faire un métier que j’aime. J’ai donc décidé de me former pour maitriser la partie technique de la viticulture et de la vinification en passant mon BPREA. Une fois l’examen obtenu, j’imaginais entrer dans une fruitière vinicole, tradition spécifique du Jura. Mais la vie en a décidé autrement. J’ai en effet croisé un vigneron qui souhaitait céder son exploitation, Joël Boiley à Mantry. Notre philosophie de la vie et du vin est identique, elle est basée sur la chaleur du partage, de l’accueil et du plaisir de communiquer notre joie à travers notre passion du vin. Je dirige donc cette exploitation depuis 2015.


Après ces huit premières années regrettez-vous votre choix ?

Pas un seul jour, je ne regrette ma décision. Vivre en région parisienne était devenu pour moi insupportable et avec la crise sanitaire que nous venons de vivre je crois que je n’aurais pas supporté. J’ai eu la chance pendant le confinement de pouvoir aller dans mes vignes au soleil sans être enfermé dans un duplex parisien. Aujourd’hui, Je suis heureux d’avoir cette tranquillité d’esprit que m’offre ce métier. La seule chose qui peut avoir une incidence sur mon quotidien c’est la météo et comme je ne peux rien y faire, pas besoin de lutter, la nature sera toujours plus forte que nous. Quand elle est généreuse, on en profite, quand elle est capricieuse, on s’adapte et on fait le dos rond. J’agis uniquement sur ce que je peux maitriser et par exemple réduire les couts de production tout en produisant un vin d’excellente qualité est mon leitmotiv quotidien.


Pouvez-vous nous donner un exemple de ce que vous pouvez mettre en place pour améliorer cette productivité ?

C’est très simple, si j’achète un tracteur avec un système adapté, cela me coutera quatre fois moins cher que si j’investis dans un enjambeur. Alors, certes cela m’oblige à enlever un rang de vigne tous les cinq rangs, mais ma vigne au final se porte mieux. L’air circule plus facilement, ce qui limite les moisissures en la séchant. Enfin, même si mon rendement est plus faible à l’hectare, économiquement c’est bien plus rentable de fonctionner comme ça, car mon vin est de meilleure qualité et se vendra donc plus cher.


Aujourd’hui, parmi tous les vins que vous produisez existe-t-il un produit dont vous êtes particulièrement fier ?

Outre la vinification de tous les produits qu’offre le terroir Jurassien, le vin Jaune, le Mac vin et le Crémant du Jura, le domaine s’est spécialisé dans l’élaboration de Vin de Paille, produit d’excellence du vignoble Jurassien mais pas seulement. Nous produisons du Savagnin Naturé (NDLR un cépage blanc originaire du Tyrol Autrichien). Contrairement au vin jaune qu’il faut vinifier pendant sept ans, nous le traitons comme un Chardonnay, ici pas de vinification sous voile, pas d’oxydation mais uniquement une année en fût… on garde ainsi l’âme du raisin avec le goût du fruit. C’est un produit que nous souhaitons développer.

 


04/02/2022

Exposer sur le rendez-vous de la vigne au chai !

Vous avez une solution innovante, des matériels ou bien encore un service à valoriser auprès des viticulteurs, vignerons et exploitants ? VinEquip est fait pour vous ! Rejoignez un lieu où les savoir-faire, les compétences et l’innovation se regroupent pour vous offrir une visibilité unique !

Exposer